Déclarer ses compléments alimentaires en Europe

Published 

La directive européenne sur les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires au sein de l’Union Européenne (UE) sont régis par la Directive cadre 2002/46/CE. Elle pose des définitions et principes généraux sur les compléments alimentaires et la sécurité du produit, ainsi que des obligations d’information en termes d’étiquetage, d’allégations, etc.

Une directive, contrairement à un règlement, n’est pas d’application directe dans les pays de l’Union. Elle doit être transcrite dans la loi nationale de chaque État Membre. Pour cette raison, le statut de directive laisse une liberté d’interprétation à chaque état. C’est aussi pour cela que la procédure de commercialisation d’un complément alimentaire peut varier grandement d’un pays à un autre.

Hormis cette directive, d’autres règlements peuvent intervenir dans la mise en conformité de compléments alimentaires, on en compte deux principaux :

  • Le Règlement (CE) 1924/2006 détaillant les allégations (nutritionnelles et de santé) autorisées et leurs demandes d’autorisation
  • Le Règlement (UE) 1169/2011 (dit Règlement INCO), qui énonce les principes généraux et les exigences concernant l’étiquetage des denrées alimentaires

Par ailleurs, la liste des nutriments acceptés dans un complément alimentaire est une liste positive, c’est-à-dire qu’aucun nutriment absent de la liste ne peut être intégré à un complément. Cette liste est régie au niveau européen et réglemente aussi la forme de ces nutriments.

Des obligations qui varient selon les pays

Pour commercialiser un complément alimentaire en Europe, il faut non seulement être conforme aux obligations de l’Union, mais aussi aux lois nationales propres à chaque pays.

Parmi les éléments qui ne sont pas harmonisés au niveau européen, on compte notamment les obligations de notification, les taux de nutriments autorisés, et la composition des compléments.

De la même manière, les coûts de notifications ne sont pas les mêmes en fonction des pays, si tant est qu’elle soit nécessaire. Par exemple, en France comme aux Pays-Bas, les notifications sont gratuites. En revanche, en Espagne, en Italie, en Belgique et dans d’autres pays de l’Union, il faudra payer une redevance.

Il est à noter qu’une notification acceptée ne veut pas toujours dire qu’un produit est conforme : les autorités nationales peuvent effectuer des contrôles aléatoires de produits déjà présents sur le marché, qui peuvent parfois s’avérer non-conformes. Il est donc essentiel pour les entreprises souhaitant se positionner sur ce marché de s’assurer de la conformité de leur produit en amont de la commercialisation.

Comment mettre en conformité vos compléments alimentaires ?

EcoMundo intervient tout au long de la mise en conformité de vos compléments alimentaires. Nos experts vérifient notamment :

  • La formule
  • L’étiquetage
  • Les allégations

Ils se chargent ensuite de réaliser :

  • La constitution du dossier information
  • La notification aux autorités nationales le cas échéant
  • La nutrivigilance, une fois le produit mis sur le marché

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre page dédiée aux compléments alimentaires.

Vous souhaitez en savoir plus sur les compléments alimentaires ?

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Sylvain de Backer ou l'un de nos autres experts cosmétique via notre formulaire de contact, en veillant à indiquer "Compléments alimentaires" dans l'objet de votre demande.

Encore +

Articles similaires

Tous
Cosmétique
Dec
1
//
2022

Qu’est-ce qu’un logiciel PLM cosmétique, et pourquoi l’adopter ?

Face au besoin croissant d'innovation accélérée et sécurisée, les logiciels PLM sont de plus en plus prisés par les marques et industriels de la cosmétique. A travers cet article, nos experts vous expliquent ce qu'est un PLM ainsi que les avantages qui en font une solution adaptée aux enjeux du développement de produits cosmétiques et parfums.
Tracabilité Substances
Nov
29
//
2022

L’oxyde de graphène est-il toxique ?

Le graphène étant un matériau aux propriétés très particulières, il fait l’objet de nombreuses applications commerciales. Cependant, depuis 2021, des inquiétudes sont portées sur sa toxicité. EcoMundo fait le point pour vous sur ce qu’il faut savoir sur le graphène, ainsi que sa forme oxydée.
FDS/CLP
Nov
28
//
2022

FDS : mise à jour de l’annexe II de REACH

La révision de l’annexe II de REACH concerne les exigences relatives au contenu des Fiches de Données de Sécurité (FDS). Ainsi, le règlement initie de nouvelles exigences relatives à l’élaboration des FDS.
Autorisation Reach
Nov
21
//
2022

Comprendre la situation réglementaire du CrIII et du CrVI

L’utilisation du chrome hexavalent dans les traitements de surface se doit être remplacée par une autre substance. En effet, les composés du chrome Cr6+ ont été intégrés à l’annexe XIV de REACH de par leurs propriétés mutagènes et cancérogènes. Une alternative semblent être les composés de chrome trivalent tel que l’acétate de chrome, l’oxyde de chrome, le dichromium trisulfate et le chromium trinitrate.
Biocides
Nov
7
//
2022

Approbation finale pour le DDAC par la Commission européenne

La Commission européenne a approuvé le DDAC pour les TP01 et TP02 en tant que substance active. EcoMundo vous donne tous les points clé à savoir du le DDAC et sur son approbation.

Rejoignez notre
Newsletter

We never share your info. View our Privacy Policy
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
rejoignez notre communautée!